Aller le contenu

Adapte toi ou meurs

C’est étrange ce déconfinement.

Comme une sensation de liberté retrouvée, et puis on se heurte au mur de notre prison à nouveau, surpris et confus.

Il y a toutes les choses qu’on ne peut plus faire, bien sûr, comme boire un verre en terrasse ou aller au cinéma.

Mais il y a aussi toutes les autres, qu’on pourrait faire, mais pour lesquelles on hésite.
Je pourrais aller voir ma grand-mère ou inviter mes amis pour une raclette, mais est-ce que je vais vraiment le faire ? Est-ce que je ne prends pas des risques ?

On est déconfiné, mais assez traumatisé pour continuer de se confiner.

On a assez peur pour continuer de se priver de liberté tout seuls, comme des grands.

Et puis le monde est différent.

Il faut penser à plein de choses maintenant chaque fois qu’on sort : ne pas se faire la bise, se tenir à distance, prendre son gel hydro-alcoolique. Mettre son masque.

Pour beaucoup, ça fait peur, de vivre un masque collé au visage.

On sait bien que les Asiatiques s’y sont habitués, et qu’on n’aura pas le choix que de faire pareil pendant encore un long moment, mais on résiste.

Au final, on n’a pas envie de voir le monde changer.

C’était forcément mieux avant et on se sent démunis.

Pourtant, le monde change tout le temps.

Rarement de manière aussi brutale, c’est sûr.

D’habitude, c’est un mouvement lent, et on se laisse aller avec la vague.

Mais si une personne tombée dans le coma il y a 10 ou 15 ans se réveillait aujourd’hui, elle prendrait peut-être peur en voyant des gens le cou en équerre sur leur téléphone à la lumière agressive arpenter les rues et les couloirs du métro.

Espérer un “retour à la normal”, c’est un leurre.

Le monde change constamment, qu’on le veuille ou non.

Mieux vaut s’y habituer vite si on ne veut pas en souffrir trop longtemps.

Sinon, on se retrouvera comme Martine de la compta qui résiste à abandonner ses dossiers papiers : attaché à une image obsolète du monde et effrayé par le futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.