Aller le contenu

Être perfectionniste, c’est de la m*rde

Pendant la majorité de ma vie, j’ai pensé qu’être perfectionniste, c’était bien. Que c’était une qualité que de se donner à fond, d’accorder de l’importance aux détails, d’être exigeant et organisé.

En fait, c’était sans doute le plus gros frein dans ma vie. Mon poison, même.

Je m’en suis aperçue quand un jour, on m’a demandé de réfléchir sur ce qui m’empêchait de passer à l’action pour réaliser mes objectifs. 

J’ai répondu assez naturellement que je n’avais pas encore toutes les infos et les compétences nécessaires. En gros, que j’attendais d’être prête pour me lancer.

“Ma grande, si tu attends d’être prête pour te lancer, tu pourras attendre toute ta vie !”

Wow. Le choc.

J’ai repensé à toutes les fois où le perfectionnisme avait été un frein plutôt que l’assurance d’un travail bien. Et j’ai pris peur.

J’avais préféré ne rien faire plutôt que MAL faire.

Parce-que pour moi, c’était tout ou rien : si je me lançais dans quelque chose, alors il fallait que ce soit un succès. Que ce soit parfait, sinon ça ne valait rien.

Il fallait que je sois sûre d’avoir tout le temps et les ressources nécessaires.

Et l’idée même d’échouer me paralysait.

Du coup, je n’ai pas passé le concours de l’école de mes rêves. Au lieu de ça, je suis allée à la fac. Là, j’étais sure d’être prise. Je l’ai joué petit, mais courir le risque d’échouer me terrorisait.

J’étais le genre à toujours faire les mêmes recettes de cuisine ou à chercher des jobs pas trop challengants.

Je restais dans ma zone de confort.

Spoiler : il ne se passe jamais rien de grand quand on reste dans sa zone de confort.

On observe juste avec envie les autres se lancer, en pensant qu’ils osent parce-qu’ils sont meilleurs que nous.

Et c’est faux.

La seule différence, c’est qu’ils tentent. Ils apprennent en chemin.

Ils n’attendent pas le résultat parfait, parce-que sinon ils seront forcément insatisfaits et anxieux.

Au contraire, ils s’engagent simplement à faire de leur mieux et distinguant leur valeur personnelle de leurs résultats. 

Tes objectifs sont comme une toile de peinture. Il n’y a pas que la beauté du résultat final qui compte, mais aussi le plaisir que tu as pris à la réaliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.