Aller le contenu

« J’ai pas eu de chance »

Je ne crois pas en la malchance.

Ni en la chance, en fait.

Elles sont relatives au regard qu’on pose sur les évènements.

C’est notre interprétation qui détermine si ces évènements sont positifs ou non.

En réalité, on est responsable de tout ce qui nous arrive.

Certes, on ne peut pas toujours contrôler les évènements ni les situations auxquelles on est confrontés.

Mais dans “responsable”, il y a “réponse”.

On est totalement maître de la réponse qu’on apporte. On est totalement libre de l’interprétation, des émotions, de la réaction que l’on produit.

Dire à quelqu’un “tu m’énerves” ou “tu me fais me sentir mal”, c’est se déresponsabiliser de ses propres émotions.

Pire, c’est donner son pouvoir aux autres.

C’est dur à accepter. On préfère attribuer nos échecs et nos déceptions aux évènements extérieurs.

Et puis parfois on a envie d’être triste, déçu, énervé. On a le droit, ça fait du bien.

Mais on n’est pas obligé.

Nos émotions et réactions nous appartiennent complètement.

Quand un proche, un ami, un collègue nous critique, nous accable, la réaction normale c’est de se défendre, se justifier.

Tenter de prouver qu’il ou elle a tord. On a tous déjà été face à ce type de situation.

Mais on a aussi le droit de réagir autrement, voire de ne pas réagir du tout. C’est dur, mais c’est possible. On peut économiser notre énergie. Ne pas laisser aux autres ou aux circonstances le loisir de décider de comment on se sent.

Rien ni personne n’a le contrôle sur nos émotions.

Et par conséquent, rien ni personne ne peut nous blesser, nous heurter. Sauf si on leur en laisse le droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.