Aller le contenu

La culpabilité

Je me souviens que lorsque j’étais étudiante et que les examens approchaient, je regardais avec horreur l’énorme pile de cours qui m’attendait.

Et c’était la panique.

Pourquoi je ne m’y étais pas mise avant ?

À ce moment-là, j’aurais pu m’y mettre immédiatement et sauver les meubles.

Mais rongée par le stress et la culpabilité, je m’en allais dans la cuisine, histoire de manger mes émotio… euuuh de goûter. Et puis je nettoyais le frigo, tant qu’à faire.

Je procrastinais, oui, mais utile.

Trente minutes plus tard, enfin assise à mon bureau et bien décidée à m’y mettre, je réalise qu’il me manque un document. Une page de rien du tout. J’ouvre mes mails, ça va me prendre 30 secondes.

Dix minutes plus tard, je m’aperçois avec effroi que je suis en train de classer mes mails en sous-dossiers.

Quand je réalise le temps perdu à ces tâches apparemment d’importance capitale, le stress et la culpabilité m’envahissent à nouveau.

La vérité, c’est que dans ces moments-là, la culpabilité est l’émotion la plus inutile du monde.

Elle nous bloque dans le passé. On repense à nos manquements, à nos échecs. Des événements qu’on n’a pas le pouvoir de changer.

Tout ce que j’aurais pu faire si

Et si j’avais… au lieu de…

On s’invective, on se trouve nulle.

On a le sentiment que maintenant tout est foutu, que c’est trop tard.

Ça nous paralyse complètement.

Bref, la culpabilité, j’ai testé, et c’est nul.

Elle ne nous aide ni à tirer des leçons, ni à nous améliorer.

On agit comme notre pire ennemi, alors qu’on devrait être notre meilleure amie.

Qu’est-ce qu’elle nous dirait, elle ?

Elle nous ferait dirait peut-être que rien n’est perdu. Qu’il nous reste le pouvoir d’agir maintenant, dans le moment présent, pour faire mieux demain.

Oui, on aurait pu mieux faire ou faire différemment. MAIS C’EST FAIT.

Nos échecs passés ne nous définissent pas, ni notre futur.

Le mieux que l’on puisse faire, c’est les comprendre pour faire mieux la prochaine fois.

Ça ne rattrape pas le temps perdu, mais culpabiliser non plus.

Si tu penses que tu avais pu faire mieux, rien ne sert de prendre de grandes résolutions pour demain.

Le seul moyen de contrer la culpabilité, c’est d’agir maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.