Aller le contenu

La méthode APP dans la vraie vie

Il y a quelques années, entre deux voyages, je bossais dans une école qui formait des ingénieurs en informatique.

La pédagogie était surprenante : pas de cours, mais un problème à résoudre, avec un prof qui accompagnait sans donner de solution.

Les solutions, c’était à eux de les trouver au fur et à mesure que les problèmes se présentaient dans la réalisation de leur projet.

Cette méthode, c’est la méthode APP : apprentissage par le problème. Ou par la résolution de problèmes.
Elle est redoutablement efficace.

Au lieu de voir les problèmes comme des pépins sur le chemin de la réussite, ils deviennent une occasion d’apprendre.

Sauf que pour la plupart d’entre nous, l’idée même de problème revêt un caractère négatif.

À l’école, on nous a souvent appris la théorie en premier.
On nous donne la solution avant même qu’on ait pu discerner le problème.
Il ne reste plus qu’à appliquer, et tout ira bien.

Alors quand ça marche pas, on se sent frustré et démunit face à cet imprévu qui se met en travers de notre chemin.

Sauf que la vie est pleine de problèmes et de challenges.

Et c’est dans leur résolution qu’on trouve notre plus grand bonheur et accomplissement.

Quand j’ai réalisé ça, j’ai cherché quels étaient les problèmes non résolus dans ma vie.

Les domaines où je me sentais insatisfaite, frustrée, coincée.

Travail, amour, famille/amis, temps, self-care, argent…

Comment je note ma satisfaction /10 pour chacun d’entre eux ? Honnêtement ?

Pour ceux qui ont des scores assez bas, en dessous de 5 par ex, ça signifie que je n’y suis pas épanouie.
Qu’il y a peut-être des problèmes auxquels je n’ai pas encore trouvé de solution.

C’est à eux qu’il faut que je m’attaque.

Ça fait peur, ça parait presque impossible, mais imagine le bonheur que tu ressentirais si au lieu d’un 3 ou d’un 4, c’était un 7 ou un 8 ?

Imagine : comment tu serais heureux si tu étais satisfait dans ce domaine de ta vie ?

Le vrai bonheur vient quand on trouve des solutions aux problèmes les plus douloureux dans nos vies.

Si ça te fait souffrir, alors c’est sans doute aussi la clef de ton épanouissement.


Ça t’a plu ? Échangeons !

Viens en parler avec moi et le reste de la communauté en commentaire ou sur les réseaux sociaux 💙

À bientôt,

Stef

2 Comments

  1. Je trouve ça chouette de me dire qu’une école fonctionne sur ce principe ! C’est souvent ce que j’essaye d’adopter comme posture avec mes élèves (d’élémentaire hein, pas d’ecole d’informatique :p) et c’est loin d’etre inné alors qu’ils sont pourtant si jeunes ! Comme tu dis, la « peur » du problème fait partie intégrante de nos vies parce qu’on a grandit dedans mais c’est une bonne chose de réussir à s’en servir à bon escient à l’âge adulte. En ce qui concerne la natation ou le stade de satisfaction, j’ai du mal à accepter être en dessous de 10/10 et ça c’est un autre « problème » haha …

    • Stef Bluelips Stef Bluelips

      En tant que prof que penses-tu des notes justement ? Est-ce que leur utilité est supérieur à la pression qu’elle met (je n’ai pas d’avis personnellement, je n’ai pas encore vraiment réfléchi à la question, mais je suis curieuse de connaitre le tien!)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.