Aller le contenu

Les dissonances cognitives

Je défends la protection de l’environnement et pourtant, je prends l’avion.

Je sais, ce n’est pas très rationnel. Mes pensées profondes et mes actes sont carrément contradictoires.

Ce phénomène s’appelle la dissonance cognitive.

Cette contradiction crée une tension en nous, consciente ou non.

Un inconfort que le cerveau tente par tous les moyens d’apaiser.

Du coup, je vais tenter de rationaliser a posteriori mes actes: je prends l’avion car je n’ai que 2 semaines de vacances, c’est pour une mission humanitaire, etc.

Si on était rationnel, nos actes seraient conformes à nos pensées.

Les gens qui aiment les animaux arrêteraient d’en manger.

Mais en continuant, ils doivent trouver une auto-justification: la viande c’est super bon, et puis les protéines…

Quand quelqu’un pointe une de nos dissonances cognitives, l’inconfort peut se traduire par de l’irritabilité, voire de l’agressivité.

Mais le plus souvent, ça se passe en nous, sans qu’on se rende compte du petit arrangement interne pour justifier le conflit entre nos pensées et nos actes.

Par exemple, on peut se persuader que quelque chose est “bien” parce qu’on y a investit beaucoup de temps, d’argent, ou une grande charge émotionnelle.

On va trouver des justifications pour se convaincre de persister dans une carrière qui ne nous épanouit pas, après de longues et coûteuses études.
Ou dans une relation amoureuse.

D’autres fois, notre dissonance cognitive nous pousse à critiquer quelque chose dont on a en réalité envie, parce qu’on ne peut pas l’obtenir.

C’est la fable du renard et des raisins verts. Le renard affamé aperçoit de juteux raisins, mais hors de sa portée. Frustré, il s’éloigne en disant que de toute façon, ils n’étaient pas mûrs… On trouve une justification pour se soulager.

Combien de fois on agit ainsi dans notre vie quotidienne, sans même s’en apercevoir?

On a tous des dissonances cognitives.

Le seul moyen d’y faire face selon moi, c’est de se laisser vivre ces émotions complexes et inconfortables.

D’identifier les contradictions et tenter de les résoudre, pour faire coller nos pensées et nos actes.

On pourra enfin se targuer d’être des êtres rationnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.