Aller le contenu

Ma thérapie

Je me souviens qu’en 6ème, je passais l’étude du soir à écrire dans un grand cahier rouge l’histoire de Lara, une collégienne qui me ressemblait en tout point, sauf qu’elle avait les yeux verts (mon rêve à l’époque).

J’avais déjà moultes journaux intimes, mais aucune consistance dans leur rédaction. Peut-on vraiment écrire sur sa vie quand on a encore rien vécu ?

Plus tard, je publiais mes poèmes sur une célèbre plateforme de blogs.

J’écrivais surtout quand j’allais mal.

Je crachais sur le papier les mots qui me faisaient souffrir, comme pour prendre de la distance avec eux avant de refermer le cahier sur eux.

Ensuite, j’ai arrêté d’écrire pendant des années: j’allais bien.

Tout ce que je griffonnais, c’était des dissertations de 12 pages et des milliers de notes que je couvrais de stabilo à la fac.

Mais en 2016, quand je suis partie sur les routes, c’était une évidence d’embarquer un carnet avec moi.

Que c’était dur d’écrire ! Je me contentais de phrases courtes et factuelles du type “Aujourd’hui je suis allée visiter… avec X”.

Boring.

Pire, ensuite j’oubliais pendant une semaine.

Et puis pas question de me livrer. Je m’auto-censurais, comme si quelqu’un allait lire mes gribouillages ou corriger ma grammaire.

Jusqu’au jour où j’ai commencé à écrire comment je me sentais. Sans rien pour me déconcentrer, j’ai lâché prise.

C’est là que la magie a opéré : l’écriture est devenue machinale.

Ma pensée directement sur le papier.

Moi qui me perd souvent dans des pensées qui fusent, j’étais forcée de ralentir.

Me caler sur le rythme de ma main qui gratte le papier.

Toi qui es arrivé jusque là, si tu as un coup de mou, une décision à prendre, une émotion forte, je t’invite à prendre une feuille volante, un coin de nappe, n’importe quoi, et poser quelques mots dessus.

Écris ce qui te passe par la tête, même si tu trouves que c’est nul, qu’il y a des fautes ou que tu ne trouves pas le bon mot.

Personne ne va lire, peut-être même pas toi.

Laisse-toi le temps. Recommence.

Mais écris, jusqu’à ce que tu n’y penses même plus. Que ta main pose ta pensée directement sur le papier, sans filtre, sans contrainte, machinalement.

C’est là que la magie opère et que tu ouvres la boîte au trésor de ton esprit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.