Aller le contenu

Être un peu plus comme Salvador Dali

Petite, je vouais une admiration sans faille à Salvador Dali.

J’étais fascinée par ce génie extravagant, outrancier, rebelle.

Il y avait son art, bien sûr. Sa technique minutieuse, la profusion de son œuvre et son symbolisme à coup de fourmis, d’horloges coulantes et de béquilles.

Mais ce qui me fascinait par-dessus tout, c’était sa personnalité.

Il était affreusement égocentrique et imbu de lui-même. Une vraie attention whore du XXème siècle, provocant et bizarre.

Mais il s’offrait la liberté d’être qui il voulait.

Il se permettait tout et assumait son originalité, qui commençait par ses moustaches retroussées.
Il avait l’art de manier le scandale et d’aller à contre-courant. Quitte à être rejeté.

La plupart d’entre nous, dans la vie, on tente la stratégie inverse.

On cherche à ne pas trop faire de vague, par peur d’être rejeté.

Ça commence dès petit, où on comprend très vite qu’il vaut mieux être invisible que bouc émissaire. On évite d’afficher notre originalité, nos passions un peu différentes.

Mieux vaut se poser des limites à soi que d’affronter le regard des autres.

En grandissant, on est jamais incité à cultiver notre originalité. Les adultes ont déjà appris la leçon.

Ensuite, on rentre dans le monde du travail. Souvent, ce qui faisait de nous “nous” est enterré depuis longtemps. Et pour les autres, se cacher est devenu naturel.

On débarque à l’entretien habillées toutes pareil, affublées de la tenue standard chemisier-pantalon noir-chaussures noires.

On tente de cacher notre personnalité, notre originalité, en oubliant que ce qu’on doit vendre devant le recruteur, ce n’est pas une machine, mais bien nous, un humain.

Les milieux créatifs sont épargnés. Afficher son originalité y est plus communément accepté. Ça fait parti du job même. “Les créatifs sont des originaux”.

Ou peut-être qu’ils sont les seuls, comme Salvador Dali, à s’être laissés depuis longtemps le droit de l’être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.