Aller le contenu

Un message d’amour à soi

Quand je suis rentrée de voyage, j’ai perdu toute confiance en moi. Je me suis sentie nulle, pas à la hauteur.

En voyage, j’étais une fille courageuse, indépendante, libre.

De retour en France, j’étais demandeuse d’emploi. Je n’avais même pas de métier, et on s’en fichait bien de tout ce que j’avais appris.

La première chose qu’on me demandait, c’était ce que je faisais dans la vie.

Je n’avais rien à répondre. J’étais moi, évidemment, riche de plein d’expériences, heureuse. Mais ce n’était pas un statut, être heureuse.

Alors vite, vite, j’ai trouvé un emploi. Ouf, je valais de nouveau quelque chose…. Mais j’étais malheureuse.

J’avais oublié une chose fondamentale dans la vie : l’amour de soi.

Celui que personne ne peut te donner.
Celui qui reconnaît que tu as une valeur intrinsèque en tant qu’être humain.
Celui qui te dit que tu es “assez”, digne d’être aimée, sans que ça ne dépende ni de tes réussites, ni de tes compétences, ni de ton apparence.

C’est le plus important, et celui sur lequel on compte le moins.

Notre confiance en nous, on a tendance à aller la chercher à l’extérieur de nous.

Du regard des autres, de notre statut social, de nos notes à l’école.

C’est dangereux, parce qu’on peut nous le retirer à tout moment.
Parce que ça nous force à faire ce que tu penses qu’on attend de toi, plutôt que ce que toi, tu désires vraiment.

S’aimer soi-même ce n’est pas prétentieux, c’est vital.

C’est se guider du mieux qu’on peut et s’accepter, avec nos qualités et nos imperfections.
C’est s’offrir de la stabilité et de la confiance, même si tout n’est pas parfait.

Alors peut-être qu’aujourd’hui on peut s’écrire un message d’amour à soi, tu en penses quoi ?

Voici le mien :

Je m’aime telle que je suis, avec mes qualités et mes imperfections.
Je ne me définis pas par rapport à mon travail ou mes études.
Je ne me compare pas aux autres, mais je cultive mon originalité.
Je fais de mon mieux, et ça n’a pas besoin d’être parfait.
Je remplace le jugement et l’auto-sabotage par la bienveillance et l’honnêteté, comme le ferait une meilleure amie.
Je tiens mes engagements auprès de moi-même, parce-qu’ils comptent autant que ceux pris avec quelqu’un d’autre.
Je suis moi, et c’est déjà bien assez.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.