Aller le contenu

Voyage immersif

Peut-on être fasciné par ce que l’on déteste ?

Imaginez une grande ville étrangère, bruyante, en désordre.

Nuances de gris et de rouille entre les reflets des buildings. Odeurs d’égout et de viande qui cuit sur le trottoir.

Çà et là, des chiens festoient au milieu de tas de poubelles.

Vous ne comprenez pas la langue, parfois pas même l’alphabet.

Là où vous vous trouvez, il n’y a pas de touristes, seulement des gens qui vivent leur quotidien.

Qui pressent le pas sur le trottoir ou déjeunent accoudés à de petites tables en plastiques collées à la route.

Vous vous dites que pour rien au monde vous n’aimeriez vivre ici.

Trop bruyant, bouillant, brouillon, pollué.

Mais vous, vous êtes seulement de passage.

Alors vous parcourez ces rues inconnues, l’œil curieux du moindre détail.

Vous avancez comme dans une bulle.

Le temps ralentit en même temps que le rythme de vos pas. Vous n’êtes pas pressé aujourd’hui, après tout.

Tous les sens en éveil, les pupilles dilatées essayant de capter chaque graine de nouveauté, chaque détail inattendu de ces scènes de vie banales et pourtant si étrangères.

Vous éprouvez du plaisir à déambuler au hasard.

Et surtout, vous êtes presque fasciné pour ce que vous détesteriez voir chez vous. Curieux de ces trottoirs défoncés sur lesquels il se passe mille choses à la seconde.

Des étales de nourriture inconnue aux amoncellements de câbles qui noircissent les devants des immeubles, tout devient intriguant, surprenant, bizarre.

Car si loin de chez vous, vous êtes juste là, présent. Comme un élément étranger au tableau, presque extérieur à celui-ci.

Vous ne faites pas réellement partie de ce que vous voyez, car bientôt, vous serez reparti.

Observateur curieux d’une vie qui n’est pas la vôtre.

D’une société à laquelle vous n’avez pas à vous identifier. Pas votre culture, pas votre pays, pas votre politique.

Au milieu de cette ville inconnue, il ne vous reste plus qu’à observer, tenter de comprendre, sans jugement, sans prise de position, avant de rentrer à la maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.