Aller le contenu

La résilience – It is what it is…

L’histoire que je vais te raconter, je l’ai tiré d’un conte taoiste. Et ses enseignements ont réellement changé ma vie.

C’est l’histoire d’une paysanne qui vivait avec son fils. Elle possédait un magnifique cheval que ses voisins lui enviaient.

Un jour, le cheval disparut.

“C’est terrible !”, s’écrièrent ses voisins. Ils le pensaient vraiment.
Mais la paysanne répondit que ce n’était pas un malheur. Simplement, le cheval n’était plus dans l’étable.

Quelques jours plus tard, le cheval revint avec une demi-douzaine de chevaux sauvages somptueux.

Quelle chance ! Tu avais raison, ce n’était pas un malheur, mais bien une bénédiction !” s’écrièrent les voisins. Et ils le pensaient vraiment.
Mais à nouveau, la paysanne répondit: “Comment savoir si c’est une chance ou un malheur ?”.

Les villageois ne comprirent pas. Comment pouvait-elle nier que recevoir ces cheveux était un cadeau du ciel ?

Le fils de la paysanne entreprit de dresser les chevaux.

Un jour, l’un d’eux le piétina et il perdit l’usage de ses deux jambes.
“Quel malheur !” s’écrièrent les villageois.
“Qui peut le dire ?” répondit la paysanne.

Quelques semaines plus tard, la guerre fut déclarée, et le fils de la paysanne, inapte, resta auprès d’elle.
Quelle chance que ton fils unique ne parte pas à la guerre !” lui dirent les villageois. Beaucoup de leurs fils ne revinrent pas.

Chance ou malheur, qui peut le savoir ?

Ce que nous apprend ce conte, c’est que toutes les situations qui traversent nos vies sont neutres.

On les étiquette “bonnes” ou “mauvaises”, selon nos expériences, nos croyances, nos peurs ou le contexte.

Cette interprétation “chance ou malheur” génère des émotions.

Si la paysanne avait pensé “quel malheur, la vie de mon fils est gâchée”, elle aurait été triste ou en colère.
Mais lorsque celui-ci reste bien vivant auprès d’elle, elle aurait pu penser : “quelle chance, finalement !”.

Face au même événement, l’interprétation que l’on donne aux faits conditionne les émotions que l’on ressent, positives ou négatives.

Alors comment nous, dans cette situation, on a envie de se sentir ? Quelle interprétation peut-on choisir pour se sentir mieux ?

Face à des faits, on peut toujours choisir notre réponse.
Choisir de garder une touche de lumière, un brin d’optimisme.

Et reprendre le pouvoir, même quand ça semble impossible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.